Le souffle du givre

Je pourrai vous écrire
Les lignes de mes pensées,
Les sources à conquérir,
L’ivresse, en condensée.

Mais j’ai perdu la plume,
Devant l’ignorance
Des maux, des cris à grand volume,
Et de toutes les indifférences.

Mon âme est attristée
Par tant d’indélicatesse.
L’injustice playlistée,
Le tout, à grande vitesse.

Comme une envie de vivre,
A jamais meurtrie,
Par le souffle du givre,
Sous une lumière flétrie.

AyLiVe

18/05/2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website