Des notes qui raisonnent.

J’voudrais coucher sur le papier
Le son de mon incandescence,
Au souffle du silence,
Mon cœur arraché et estropié.

Au grès du vent,
L’âme a pris son envol
Laissant derrière les instants frivoles,
Les moments éprouvants.

Quand je te regarde de loin,
Je te vois si fragile
Moi qui te connait pourtant agile.
Je veille sur toi, dans mon coin.

Et, je pourrai te dire
Que sous la brume
Il existe des notes d’agrumes
Et des soupirs.

J’pourrai t’avouer
Que tu vas remonter la pente.
Que cette période crispante
Te fera combattre tes peurs inavouées.

J’pourrai te réconforter
Car ton passé n’enrichira que ton avenir,
Qu’il ne sert à rien de te punir,
A coups d’émotions déconcertées.

Au fil du chemin,
Le meilleur est à venir.
Un tout à définir
Sur le nouveau parchemin.

#Aylive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website