Au réveil

Ce matin, au réveil,
Un sentiment bien lourd,
Au goût amer de cet éveil,
Laissez mon esprit faire un détour.

Un vide immense,
La tragédie des faux semblants.
Je n’ai trouvé que la démence
De ce monde accablant.

J’ai croisé une fillette apeurée,
Une grand mère en retrait,
Un jeune homme bourré,
Et des regards abstraits.

Je les ai vu les regarder
De la tête au pied,
Je les ai vu les bombarder
Et les épier.

Mais aucun ne s’est bougé…
Le sens de l’humanité
S’est endommagé,
Il a pris perpétuité.

Ce matin au réveil,
J’ai le cœur lourd,
Par ce manque d’éveil
De ce monde sans détour.

#Aylive
15/08/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website